Dans un contexte accru de baisse du pouvoir d’achat,
certains habitants notamment chez les séniors renoncent à se soigner,

La Fédération Française Mutuelle Santé Citoyenne leur permet
d’accéder à une couverture santé accessible et de qualité désormais

Au départ, un constat alarmant de renonciation aux soins

C’est en 2015, après une enquête réalisée auprès des retraités et des praticiens médicaux sur Lompret que Joël Vernier a fondé l’association « Assurance et Solidarité » pour répondre au triste constat de l’abandon de soins d’une partie de la population. Cela concernait notamment les personnes retraitées ou isolées pour lesquelles l’offre complémentaire santé, était soit insuffisante, soit inaccessible financièrement.

Une mutuelle santé citoyenne pour les adhérents de l’association

L’association « Assurance et Solidarité » a alors été la première à proposer un contrat de groupe à des tarifs et des conditions plus accessibles aux personnes à revenus modestes. Par la force du nombre, la complémentaire santé est moins chère pour de meilleures garanties. L’association s’est appuyée pour répondre aux obligations légales sur le premier courtier en assurances de l’Economie Sociale et Solidaire.

Une initiative citoyenne plébiscitée : des personnes mieux couvertes et au meilleur tarif

Le succès de cette action citoyenne a rapidement été reconnu dans les Hauts de France, validant le bien-fondé de cette démarche associative et bénévole. En 2018, plus de 1000 personnes ont rejoint le contrat de l’association.

En moyenne, chaque adhérent à « Assurances et Solidarité » économise 570€/an, un gain de pouvoir d’achat appréciable par les temps qui courent.

Pour les personnes isolées aux multiples statuts…

L’association et plus largement depuis janvier 2019 la fédération s’adressent à toutes les personnes isolées (ne bénéficiant pas d’une complémentaires santé en entreprise, retraitées, mais aussi micro-entrepreneurs, indépendants, chômeurs, personnes en situation de handicap ou étudiants) ou prochainement retraitées… (comme cela a pu être le cas pour les nouveaux retraités de La Redoute, Vitamine T,…qui en ont bénéficié).

A ce jour, près d’une centaine de communes des Hauts-de-France proposent à leurs habitants de rejoindre la mutuelle santé citoyenne portée par l’association.  

Plusieurs associations ont également souscrit au modèle pour leurs adhérents et bénévoles ( Amicale des anciens de la banque CIC nord-ouest, Petits Frères des Pauvres).

Pour ne citer que quelques chiffres éloquents en Hauts de France :

De plus en plus de retraités : 1,2 millions de seniors de plus de 60 ans en 2017 (Chiffres Insee)

Des pensions qui n’augmentent pas :

  • Un salarié qui quitte l’entreprise paye son contrat d’assurance 3 fois plus cher, Assurances et Solidarité va lui permettre d’adhérer à un contrat collectif.
  • 1376 € de pension mensuelle brute moyenne (DREES, 2015)
  • 400 € de perte de pouvoir d’achat suite à l’augmentation de la CSG en 2017 (Capital 19/7/18)

Un coût pour se soigner qui explose :

  • 156 000 retraités ayant déjà renoncé à une complémentaire santé (Opinionway/Sofinco, 2017).
  • 696 000 retraités ayant déjà renoncé à une dépense de santé (Opinionway/Sofinco, 2017).
  • +350% : l’augmentation du coût de la complémentaire santé lors du passage à la retraite (Mutualité Fançaise, 2015).

Un contexte national d’actualité, après l’adoption du « reste à charge zéro »,  

Pour lutter contre le renoncement aux soins, le Gouvernement publié une réforme pour que chacun ait accès à des soins de qualité en optique, dentaire et audiologie. Son objectif, un reste à payer de 0€ dans ces secteurs pour les patients à l’horizon 2021 (dès janvier 2019, pour l’audiologie).

Cette offre sera accessible à tous les Français et prise en charge à 100% par la Sécurité sociale et les complémentaires  santé, sans reste à payer pour les patients. 

L’enjeu est d’autant plus important qu’une enquête  a récemment révélé que 3 Français sur 10 renonçaient à se soigner faute de moyens financiers suffisants (CSA pour Cofidis – octobre 2018).

Alors que nombreux sont ceux, qui prédisent que les séniors seront les grands perdants de cette réforme, l’association « Assurances et solidarité » fort de la maturité de son modèle, n’affichera pour la quatrième année aucune majoration.

C’est en janvier 2019 devant une demande grandissante de diverses collectivités, communautés, associations et entreprises nationale de rejoindre le concept d’Assurance et Solidarité qu’a été mise en place « La Fédération Française Mutuelle Santé Citoyenne «   qui portera hauts et forts les engagements et revendications portées par l’association.

La Fédération Française Mutuelle Santé Citoyenne, porte-parole des retraités et autres exclus des réformes interprofessionnelles de la complémentaire santé, revendique le droit à un crédit d’impôt  

Les contrats collectifs obligatoires de prévoyance et de santé souscrits par l’entreprise, permettant d’assurer tout ou partie de ses salariés bénéficient d’un régime fiscal et social avantageux.

Pour le salarié, l’avantage réside dans la participation de l’employeur à sa couverture complémentaire et dans sa déductibilité du revenu imposable dans certaines limites.

Les professions libérales disposent également d’avantages via les contrats bénéficiant du principe dit « Loi Madelin ».

C’est donc au titre de l’Egalité et de la Solidarité que « La Fédération Française Mutuelle Santé Citoyenne» revendique un crédit d’impôt qui permettra à tous de profiter d’un encouragement à souscrire une complémentaire santé qui leur permettra de « bien vieillir en bonne santé par le retour aux soins. Une clé évidente pour une meilleure prévention et une diminution évidente à moyen terme des coûts de santé. Une demande est en cours à ce sujet auprès du Ministre du Budget.

Contact presse :

Patricia Gombert  06.08.98.28.59

Aller à la barre d’outils